INTERVIEWS

Interviews des instructeurs-La parole est à la (self)défense

Nota : Interviews réalisées en novembre-décembre 2014


Interview Jérôme

  •  Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Jérôme Soussand, j’ai commencé le krav Maga il y a 21 ans avec Richard Douieb quand il a ouvert l’école de Créteil en 1993. Je suis maintenant ceinture noire 5ème darga.

  • Peux-tu nous donner TA définition du krav Maga?

Je ne pense pas avoir ma définition du krav Maga, je pense que le krav se définit très bien par lui même, dès qu’on pratique un peu, à savoir, simplicité, rapidité, efficacité, maîtrise de soi, je n’ai rien inventé.

  • Pourquoi avoir choisi le Krav-Maga ?

Parceque je savais que c’était un sport qui était proche de la vérité, c’était ce que je recherchais avant tout, j’avais pratiqué d’autres sports de combat mais je recherchais une approche authentique.

  • Pratiques-tu ou as-tu pratiqué d’autres sports? D’autres disciplines?

J’ai effectivement pratiqué d’autres sports, d’autres disciplines mais ces expériences ne m’ont pas particulièrement marqué, mis à part la boxe chinoise que j’ai pratiqué durant quelques années avec quelqu’un qui était justement authentique, c’est la seule trace que j’ai vraiment gardée.

  • Est-il nécessaire de pratiquer un autre sport que le krav Maga?

Ah… Tout dépend de ce que l’on recherche. Si on recherche à être rapidement efficace et qu’on n’a pas beaucoup de temps ou pas beaucoup de moyens physiques, autant se cantonner au krav maga. Maintenant si on est naturellement bon, si on a de bonnes aptitudes physiques et qu’on a le temps suffisant pour, autant aller s’enrichir avec plein d’autres choses, dès lors que, si la recherche est dans l’efficacité et qu’on a bien absorbé les principes, on arrive alors toujours à tout ramener au Krav et non pas à le dénaturer par d’autres disciplines.

  • Le Krav-Maga est-il violent?

Je ne pense pas qu’une discipline soit violente quelle qu’elle soit, ce sont plutôt les personnes qui vont l’animer qui sont responsables de la violence ou pas. On peut avoir une version du krav maga très violente parceque les enseignants sont violents, enseignent la violence ou laissent naitre la violence et finalement c’est plus l’intériorité de la personne qui va ressortir et influencer la discipline, à ce niveau là en tout cas. Quoiqu’il en soit, la violence, tout comme l’agressivité, ne sont que des expressions d’une mauvaise maitrise de soi, donc d’un manque de confiance, et sont des freins à l’efficacité, et ce, même dans d’autres disciplines, ou dans la vie de tous les jours.

  • Un mot sur la FEKM et Richard Douieb?

Un mot ce serait court… Richard est, aussi bien humainement que sportivement, celui qui m’a certainement le plus apporté dans mon parcours. Il m’a connu quand j’avais 20 ans, il m’a aidé à tous les niveaux aussi bien sportivement qu’humainement, et ça reste, pour moi en tout cas, un personnage très très important et sans pour autant l’idéaliser, ça reste un personnage qui est essentiel dans ma vie.

  • As-tu une anecdote à nous raconter?

Il y en a plein… ah… celle là je l’aime bien, je l’ai déjà racontée en plus. C’est une des premières fois où j’ai pu m’entrainer avec Richard, en dehors des cours habituels. On préparait à l’époque une petite démonstration et on se réunissait régulièrement. Et donc, c’était la première fois que je venais dans le groupe. Richard nous demande de nous échauffer librement, ce qu’on fait et lui pour s’échauffer, il prend quelqu’un qui était ceinture noire à l’époque qui avait un bon niveau et ils font un combat. Le combat dure plus d’une vingtaine de minutes sans interruption et ils s’arrêtent parceque la ceinture noire était complètement cramée. Richard se dirige vers nous pour en choisir un autre pour continuer son échauffement, je vois qu’il me regarde et je me suis dit bêtement dans ma tête « tiens, il doit être bien entamé alors que moi je n’ai fait qu’un petit échauffement, allons rigoler…» et je crois que j’ai regretté cette pensée dès la troisième minute. Ça a bien duré quinze minutes et lui était encore frais à la fin et moi complètement carbonisé. Pour autant, il ne m’a jamais mis en danger, se mettant à mon niveau : Une grande leçon.

  • Quels conseils donnerais-tu aux débutants ?

À un débutant, je lui donnerais comme conseil de travailler les premiers mois de l’apprentissage et de revenir sans arrêt sur les principes étudiés ces premiers mois. C’est ce qu’on répète souvent en cours, il y a à peu près 50% d’échec à la ceinture noire et 80% de ces échecs sont dus aux premiers mois de la ceinture jaune. Bien sûr, la ceinture en elle-même n’est pas l’objectif principal mais si dans une situation réelle je me sors d’une attaque et qu’au premier contre je me casse une main ou une phalange, et au deuxième l’autre main ou une autre phalange c’est vraiment regrettable d’avoir tant bossé les techniques de self défense et de ne pas être capable, juste pour une mauvaise position de main ou de distance ou de poids de corps, d’avoir l’efficacité nécessaire.


Interview Véronique

  • Peux-tu te présenter ?

Véronique, 21 ans de krav, 2ème darga, 17 ans d’enseignement, brevet d’état d’enseignement, responsable de l’école de Créteil avec Jérôme. J’ai commencé quand Richard débutait ses cours en France. Il avait déjà ouvert sur Paris, puis à Créteil. J’ai eu la chance de faire partie des premières femmes pratiquantes puis gradées. En cela j’ai pu voir une évolution quant au regard très masculin voire macho que l’on trouvait à l’époque dans les dojos et les sports de combat en général.

  •  Peux-tu nous donner TA définition du krav Maga?

C’est un sport, c’est un art martial, c’est un choix de vie et c’est une passion (pour moi).

  •  Pourquoi avoir choisi le Krav-Maga ?

A l’époque, je cherchais à pratiquer de la boxe. Je ne connaissais pas le krav. Et puis Richard est arrivé à Créteil dans le dojo à coté de chez moi, dans mon ancienne école. Dès la première séance, c’était une évidence. Cela est dû à la pratique elle-même et beaucoup à la personnalité et à l’enseignement de Richard.

  •  Pratiques-tu ou as-tu pratiqué d’autres sports? D’autres disciplines?

J’ai fait des années de natation aux dauphins de Créteil, puis du tennis à l’US Créteil. A l’adolescence, j’ai fait pas mal de basket (USC), mais surtout du hand-ball toujours à l’US Créteil au palais des sports de Créteil.

Aujourd’hui, je fais du footing fractionné et de la muscu en complément.

  •  Est-il nécessaire de pratiquer un autre sport que le krav Maga?

Je pense que le krav se suffit à lui-même mais ne s’arrête pas aux 2 cours hebdomadaires. On a très vite envie et besoin d’aller au-delà. En cela tous les stages thématiques ainsi que toutes autres expériences sportives peuvent enrichir notre krav. Dans chaque cours, outre la technique, nous abordons aussi le renforcement musculaire, l’endurance, la souplesse, l’explosivité… Toutes ces compétences physiques peuvent se travailler individuellement en footing fractionné, muscu etc…

  • Le Krav-Maga est-il violent?

Le krav n’est pas violent. Seules les personnes violentes sont violentes quel que soit le sport qu’elles pratiquent.

Dans notre école, les têtes brulées sont vite recadrées. Nous sommes loin de l’image de brutos décérébrés et sanguinaires que les médias ont voulu nous coller il y a quelques années.

Notre travail est respectueux envers notre partenaire ainsi qu’envers notre propre intégrité physique.

Certes, on demande beaucoup physiquement, moralement et techniquement. On demande de l’investissement de la part du pratiquant mais tout est sous le contrôle du professeur diplômé pour cela.

Et c’est à ce niveau qu’il y a actuellement des dérives. Des personnes s’inventant prof de krav dispensent des cours sans sécurité, sans programme, sans technique !!!! Là, on peut voir de vilaines blessures et des combats qui tournent mal.

  •  Un mot sur la FEKM et Richard Douieb?

J’ai énormément de respect pour Richard. J’ai grandi avec lui et avec le krav.

C’est un homme intègre et passionné qui a fait du krav en Europe ce qu’il est aujourd’hui.

Il peut compter sur moi et en mon entière fidélité.

Alors, de voir tout ce ramassis de personnes qui veulent s’approprier le Krav, les honneurs et les grades obtenus sur le coin d’une table, tout cela me dégoute.

Il y a aussi Anne Gaëlle qui fait, dans l’ombre, un travail incroyable au niveau de la fédé. Et c’est aussi une très bonne pratiquante de krav !!!

  •  As-tu une anecdote à nous raconter?

J’ai des tonnes d’anecdotes. Mais ce qui m’a le plus marqué, ce sont mes débuts : les premiers stages à 10, le premier Bercy, les premiers combats durs !! On faisait du krav tout le temps, on respirait krav. Et surtout Richard était notre prof. On était tout le temps avec lui. On ne se rendait pas compte de la chance qu’on avait alors. C’était du krav passion, du krav simple, authentique et presque familial. Aujourd’hui, développement oblige, il est plus politisé et réglementé.

Mais Créteil a su garder l’esprit d’Imi et la pédagogie de Richard, enfin, je l’espère.

  •  Quels conseils donnerais-tu aux débutants ?

Première chose : il faut se renseigner sur le club de krav dans lequel on veut s’inscrire et surtout se renseigner sur les profs. Trop de pseudo krav fleurissent (car beaucoup de demandes) et se révèlent dangereux car non encadrés.

Deuxième chose : En plus de 20 ans, on a pu constater une évolution dans l’apprentissage. Quand Richard nous enseignait, on écoutait, on regardait, on expérimentait, on posait des questions et on avait des explications. Aujourd’hui, en grande majorité, on veut tout, tout de suite. On ne prend plus le temps de vivre le krav, on demande déjà des résultats. Avant même de s’inscrire, on me demande déjà en combien d ‘années on peut être ceinture noire !

Alors, même si c’est ennuyeux les premiers mois, je dirais aux débutants de prendre le temps, d’intégrer les bases, de s’imprégner des automatismes et de travailler.

Troisième chose : Bienvenue à l’EKMC !!!! Nous avons la chance à Créteil, deuxième école ouverte par Richard lui-même, d’avoir un noyau de profs directement issu de son enseignement. Notre Staff compte 12 enseignants ou des personnes en cours de validation. Nous nous connaissons depuis très longtemps et il y a une bonne entente.

A bientôt sur le tatami !


Interview Sébastien

  • Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Sébastien, j’ai 35 ans, je suis chef de projet et je pratique le Krav-Maga depuis 7 ans. J’ai commencé le Krav-Maga au club de la Varenne (jusqu’à la ceinture orange) puis j’ai intégré le club de Créteil.

Je suis ceinture Noire 1ère darga depuis cette année (2014)

  • Peux-tu nous donner TA définition du krav Maga?

Pour moi, le système de self défense le plus réel et efficace, dédié à la self défense dans la rue, tous les jours.

  • Pourquoi avoir choisi le Krav-Maga ?

J’ai toujours pratiqué des arts martiaux: karaté, taekwondo mais le côte stricte et verrouillé des arts martiaux me lassait toujours à la longue.

Je voulais faire de l’Hapkido (self défense issue du taekwondo) mais un copain m’a « traîné » pour tester le Krav Maga. Là j’ai accroché au cours de démo (Jérôme) avec son déroulement : techniques pieds/poings, combat au sol (même s’il ne faut pas y aller…) et l’absence de règles, ce qui colle à la réalité et au combat de rue, à la self défense.

Les vidéos de Richard Douieb à Bercy ont fini de me convaincre !

  • Pratiques-tu ou as-tu pratiqué d’autres sports? D’autres disciplines?

J’ai fait 3ans de karaté quand j’étais adolescent et 4 ans de taekwondo en étant adulte

  • Est-il nécessaire de pratiquer un autre sport que le krav Maga?

Le Krav-Maga me suffit aujourd’hui, il me paraît complet.

Et avec la ceinture noire et l’instruction, je repars à 0 pour ainsi dire…C’est une nouvelle manière d’aborder la discipline et de véritablement progresser…

Cependant, si j’avais du temps, je me laisserais tenter par, soit un peu plus de contact, soit un peu plus du sol (jiu jitsu brésilien).

  • Le Krav-Maga est-il violent?

Pour moi la violence est liée à la personne qui pratique.

Nous apprenons à donner une réponse proportionnée à l’attaque et dans un cadre de légitime défense. Cela reste lié au type d’attaque.

Pendant les cours, nous nous entrainons dans le respect de nos partenaires et sous contrôle permanent.

  • Un mot sur la FEKM et Richard Douieb?

Pour moi c’est la la référence, l’authentique, il suffit de regarder les démos.

Je rêve d’avoir les mêmes aptitudes (techniques, shadow boxing). J’ai encore du boulot !

Sinon, le club est simple avec un très bon esprit.

  • Quels conseils donnerais-tu aux débutants ?

Le plus Important : travail souple et lent pour assimiler les techniques, ancrer les automatismes et éviter les mauvaises habitudes qui viennent avec l’appréhension !

  • As-tu une anecdote à nous raconter?

Je détestais les coups au visage avant le Krav.

Aujourd’hui grâce au Krav, et en particulier à Jérôme qui a pris un certain plaisir j’en suis sûr, cela m’amuse de prendre quelques belles pralines quitte à vexer mon sparing partner ;-)


Interview Tefy

  • Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Tefy, je pratique le krav maga depuis 2004, toujours dans le même club, à l’EKMC de Créteil. En ce moment je prépare ma ceinture noire 2eme darga. Je donne également des cours aux débutants le mardi soir.

  • Peux-tu nous donner TA définition du krav maga?

Le krav maga est l’école du pragmatisme. Ce qui marche, on l’utilise, ce qui ne marche pas, on ne l’utilise pas.

  • Pourquoi avoir choisi le Krav-Maga ?

Il y a une quinzaine d’années, j’ai vu une émission à la télé, émission dans laquelle étaient présentées plusieurs disciplines dont le krav maga avec Richard Douieb (NDR : « ça se discute », présenté par jean Luc Delarue). A l’époque je cherchais à pratiquer une discipline qui corresponde à mes attentes. Je m’étais renseigné sur le jeet kune do et le penchak silat, et en voyant Richard Douieb présenter le krav maga, ça a été une évidence pour moi. Et voilà, tout est parti de là.
J’ai longtemps cherché un club pas loin de chez moi, je n’en ai pas trouvé à l’époque et puis un jour par le bouche à oreille j’ai entendu parler d’un club à Créteil. Je me suis inscrit de suite et voilà, ça fait plus de 10 ans que j’y suis…

  • Pratiques-tu ou as-tu pratiqué d’autres sports? D’autres disciplines?

J’ai fait de la lutte quand j’étais plus jeune. Et puis des bagarres avec les copains quand j’étais jeune (rires….)

Sinon actuellement je fais un peu de musculation pour le renforcement musculaire.
Je suis assez curieux de nature et j’aime bien me renseigner sur d’autres disciplines et pas seulement des sports de combats. Par exemple le foot que je n’aime pas particulièrement, mais on peut en tirer un avantage qui nous servira dans la pratique du krav maga, notamment sur le travail de l’explosivité.

  • Est-il nécessaire de pratiquer un autre sport que le krav Maga?

Je pense que ça dépend des pratiquants.
Pour certains il est nécessaire de pratiquer un autre sport car ils ont peur du contact. Peut être qu’en pratiquant un autre sport, ils appréhenderaient mieux les contacts qu’on a forcément en pratiquant le krav.
Après c’est une question d’envie, de temps, de personnalité. Certains sont curieux et ont envie de toucher à tout, et ça leur va très bien.

  • Le Krav-Maga est-il violent?

Non !!!
Tout dépend du pratiquant et surtout de l’enseignant, c’est comme l’apprentissage qu’on a eu à l’école.
Ce n’est pas le krav maga qui est violent, c’est le pratiquant ou l’enseignant dans sa façon d’enseigner qui peut l’être. En tout cas ce n’est pas le cas du club de Créteil.

  • Un mot sur la FEKM et Richard Douieb?

Un mot ne serait pas suffisant…
Comment dire…. Pour moi il y a eu Bruce Lee et il y a Richard Douieb (rires…)
Je ne l’encense pas pour le plaisir mais il est extrêmement charismatique et c’est un modèle pour beaucoup.
Pour la FEKM, il est parti de rien et ce qu’il a réussi à faire de cette fédération est juste exceptionnel. Il a réussi à fédérer autant de personnes autour d’une discipline quasi inconnue à son arrivée, il a réussi à en faire une discipline à part entière qui est de plus en plus connue et reconnue. C’est grâce à Richard Douieb, mais aussi à tous ceux qui ont travaillé avec lui, que la FEKM est ce qu’elle est aujourd’hui.

  • As-tu une anecdote à nous raconter?

Des anecdotes il y en a beaucoup mais la plus marquante est l’une de mes premières rencontre avec Richard Douieb. C’était ma première année, mon deuxième stage de l’année. Pour une démonstration il me demande d’être son partenaire pour une défense contre un étranglement. Il me demande de l’étrangler, je m’exécute et il me dit « non, étrangle moi réellement » et là, « bam !!!», il a fait sa défense avec un coup aux parties et même si le coup était retenu j’ai senti énormément de puissance dans son coup qui m’a fait reculer de plusieurs centimètres. J’ai été scotché, et là je me suis dit que sans protections et avec un coup à pleine puissance c’était une défense vraiment très efficace.

  • Quels conseils donnerais-tu aux débutants ?

Pour moi la patience et la persévérance sont indispensables aux débutants qui veulent évoluer et se perfectionner. Mais ce n’est pas propre au krav maga, dans tous les domaines c’est le même principe. Même si certains ont de bonne prédispositions, pour la grande majorité des pratiquants il faut être conscient qu’il faut du temps et ne pas être tenté de brûler les étapes. En ce qui me concerne j’ai compris certaines techniques de la ceinture jaune et orange quand j’étais ceinture verte. Je les faisais mécaniquement, mais c’est seulement ensuite que j’ai compris. J’explique souvent à mes élèves que c’est comme quand on apprend à écrire, on apprend toujours par former des lettres, ensuite des syllabes, des mots et ensuite on construit des phrases. L’étape ultime est de se forger un style d’écriture. Idem pour la course, on apprend d’abord à trouver son équilibre, à mettre un pied devant l’autre, à marcher, à courir et ensuite à faire un 100m, pour le krav maga, le principe est exactement le même. Il faut savoir prendre son temps et écouter les conseils des anciens, des enseignants.


Interview Stéphane

  • Peux-tu te présenter ?

Je m’appelle Stéphane, j’ai commencé le Krav-Maga en 2006 et je prépare actuellement ma ceinture noire 2ème darga. Je suis ce que j’appelle un « pur produit » de l’école de Créteil, j’ai été formé par Jérôme et Cédric Soussand.

Je suis également moniteur au cours intermédiaire du vendredi soir.

  • Peux-tu nous donner TA définition du krav Maga?

Des définitions du Krav-Maga, on peut en trouver des kyrielles sur le net, disons que pour moi le Krav-Maga est LA méthode de self-Défense qui apprend à se défendre dans la rue.

  • Pourquoi avoir choisi le Krav-Maga ?

A l’époque je faisais de la boxe française et quand j’ai découvert le Krav-Maga, ça a été un vrai coup de foudre. C’est Jean Louis Benjamin du club de Paris rive gauche que j’ai rencontré en pratiquant la BF qui m’a fait découvrir le krav-Maga.

J’avais toujours trouvé à l’époque qu’il manquait quelque chose aux sports de combat et arts martiaux traditionnels. J’ai choisi le Krav-Maga parceque c’est pour moi la discipline par excellence pour apprendre à se défendre dans la rue.

  • Pratiques-tu ou as-tu pratiqué d’autres sports? D’autres disciplines?

Oui, j’ai pratiqué la boxe française pendant 2 ans, la boxe thaï dans le club de Jean Marie Merchet pendant un an et le MMA pendant 2 ans à la Free fight Academy.

  • Est-il nécessaire de pratiquer un autre sport que le krav Maga?

J’ai un avis assez tranché sur cette question, pour moi, oui il faut faire un autre sport. Le Krav-Maga est composé de self-Défense mais aussi de combat. Ce n’est qu’un avis personnel, mais je pense que si on veut s’améliorer en combat, et si on a le temps, il faut pratiquer une autre discipline. Boxe pieds-poings, sol (Jiu-jitsu brésilien, grappling), lutte, MMA, mais aussi cardio ou tout autre sport, à partir du moment où on fait la liaison entre le sport en question et le Krav-Maga. Mais attention, il ne faut pas perdre de vue la singularité de notre discipline. Les autres sports doivent nous aider à nous améliorer sans perdre de vue notre esprit « krav ».

  • Le Krav-Maga est-il violent?

Richard Douieb répond parfaitement à cette question, le Krav-Maga peut être radical voire violent mais ses pratiquants ne le sont pas.

Il est bien évident que face à un agresseur qui veut vous poignarder ou vous étrangler la réponse doit être à la hauteur du risque donc si une agression est violente, la riposte doit l’être.

En revanche, dans les clubs, lors des entrainements, il n’y a strictement aucune violence, aucune agressivité. Le pratiquant qui se montrerait violent se ferait « sortir » du cours illico.

  • Un mot sur la FEKM et Richard Douieb?

Il y a beaucoup de choses à dire… Richard est notre modèle à tous.

Techniquement, c’est un monstre, il a une lecture du combat hallucinante, un timing parfait, une fluidité, une explosivité et une puissance incroyable.

Mais il y a un domaine où Richard est pour moi encore plus impressionnant : la pédagogie. J’ai été et je suis toujours très impressionné de voir son niveau de maturité sur ce sujet.

Sur le plan humain, c’est quelqu’un de très charismatique et qui a beaucoup de valeurs notamment l’altruisme et l’humilité.

  • As-tu une anecdote à nous raconter?

Euh… ah oui… ça ça m’avait vraiment marqué à mes débuts. C’était lors d’un stage organisé par Richard, il y avait un pratiquant qui avait un gros passé en pieds-poings il était vraiment très fort et nous impressionnait tous. Richard l’a appelé pour faire un combat souple et je me suis dit « ah… là… même si c’est un combat souple, je pense que ce sera un beau combat équilibré ». Franchement, on avait l’impression que Richard s’amusait avec un débutant… en pieds-poings, en lutte, en krav, au sol et surtout niveau cardio, le pratiquant en question s’est largement fait dominer. C’était juste impressionnant…

  • Quels conseils donnerais-tu aux débutants ?

J’en donnerais 3… le premier conseil est d’être très assidu aux cours. Pour moi il est extrêmement important, si on peut, de participer aux deux cours hebdomadaires.

Second conseil : Travailler len-te-ment, le piège est de vouloir bruler les étapes. Il faut bien comprendre que les mauvaises habitudes qu’on prend durant les 2 premières années seront très difficiles à corriger par la suite.

Dernier conseil que je donnerais aux débutants : participez aux stages !!!

Les stages organisés par Jérôme, le stage d’hiver avec Richard et Steeve Schmitt bien évidemment et aussi les stages organisés par d’autres écoles, d’autres profs, je pense à Michael Obadia, Jimmy Huvet, Teddy de Baere, David Fitoussi etc…

Ecole de Krav maga de Créteil affiliée à la FEKM de Richard Douieb